Article sans nom

Mon frigo est vide, mes poches sont vides, mon portefeuille est vide, mon compte en banque est vide, ma vie est vide, mon cœur est vide (depuis que cette salope m’a quitté). Mon appart’ est plein, ma boîte aux lettres est pleine, mes factures sont pleines.
Encore une facture d’EDF, deuxième relance. Je me suis toujours dit que tant qu’il n’y a pas d’accusé de réception, c’est pas grave…mais là mes dettes s’accumulent. Va falloir trouver une solution.

Mes dettes :
-600 € à ma mère
-200€ à un pote
-100€ à un autre pote
-200€ à mon frère
-50€ à mon dealer.

Il est 20h, j’ouvre une bière, fume une clope, ouvre une deuxième bière, une autre clope, une troisième bière, roule un joint…

22h : Je lace mes vielles pompes trouées. « Aller … au tapin ! »

Orléans est bien triste à 22h. Il pleut, les enseignes des sex-shops jalonnent mon parcours. Hormis quelques hommes à la recherche d’une énième jouissance autonome, sans passion, les rues sont vides. Tu vois l’atmosphère d’un vieux roman noir tout dégueulasse ? La ruelle coupe-gorge où une pute s’est fait décapiter et où ce vieux flic ripoux, alcoolique, dépressif, imper’ beige grisâtre, tente de découvrir le coupable du meurtre qui n’intéresse personne. Ce soir, je suis l’acteur principal. Tu vois l’ambiance… J’ai envie d’dégueuler la vielle pizza froide que j’ai bouffé ce matin.

Je vais voir Bidule (drôle de nom, hein? Tout le monde s’appelle Bidule ici. On s’en fout de qui est qui ici, on n’a pas de copain ici, de toute manière on n’a pas de plaisir ici). Bidule gère le « plaisir des sens ». Si j’avais tenu ce genre de merdier, je l’aurais plutôt appelé les « plaisirs sans sens »… là on aurait été dans le vrai. Il m’a dit qu’il pourrait me faire gagner un peu d’oseille. T’imagine bien que ce job ne consiste pas à poser mon cul sur une chaise derrière un comptoir et à diriger les mec vers des cabines pour s’astiquer.

Bidule me montre son client, celui qui m’a commandé, passer de l’hétéro au vieux pédé qui vend son cul, y a bien que l’fric qui peut me pervertir comme ça.

Bidule2 un mec très grand, fin, ou plutôt, maigre. Plutôt bien sapé pour un vieux dégueulasse. D’ailleurs, il n’est pas spécialement vieux, mais que veux-tu ? Dégueulasse est toujours précédé d’un « vieux ». Il est pas trop moche, en tout cas ça aurait pu être pire.

Bidule2 me fait entrer dans la cabine. 2×3 m, une boîte de mouchoir à droite du fauteuil, d’autres négligemment disposés par terre, afin de ne pas oublier où l’on est (ça aurait été difficile cela dit. Nul doute qu’on n’est pas au George V ) (ça me rappelle cette chronique, elle ne dure que quelques minutes. Du coup, je n’en rajouterai pas plus sur la philosophie du lieu). Quelques minutes plus tard (je ne dirai pas combien : la discrétion est mon métier), l’affaire terminée, il me tend mon dû. Je ne suis plus le même, je me déplace vers les toilettes, tel un homme sans vie, je vais vomir et me passer de l’eau sur le visage si tu veux tout savoir.

Bidule me présente un autre client. Même travail. Puis un autre…

Après cette dure soirée, je fais les comptes… bien ! Je vais pouvoir rembourser mon dealer, et effacer l’ardoise d’un copain, en espérant qu’il ne me tiendra pas trop rigueur du retard et que dans quelques mois, il m’accordera encore une autre dette.

J’ouvre une bière, fume une clope, vais vomir, m’ouvre une bière, fume une clope, me passe de l’eau sur la gueule, m’ouvre une bière… Espérant que les vomissements disparaissent les prochaines fois. Je m’allonge et m’endors.

Léon

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s